De la productivité à la satisfaction

Depuis quelques temps, je réfléchis beaucoup sur la productivité. Pendant que mon psy essaie de me faire comprendre qu’il faut que je m’arrête et que je guérisse ma pneumonie comme du monde (elle est disparue de mes poumons, mais je tousse encore beaucoup), je suis une formation sur l’écriture productive.

Je me questionne beaucoup. Pourquoi faut-il être aussi productifs que ce que la société semble exiger de nous?

Je me regarde aller. Je suis déçue de moi chaque fois que je ne fais rien. Tous mes passe-temps doivent « servir à quelque chose »: un apprentissage, l’augmentation de ma culture générale, une production, un résultat concret, un avancement dans un projet. Et m’arrêter vraiment? Pas le droit. Jouer aux Sims est la chose la plus honteuse qui soit. Pendant ce temps-là, scandal, je n’ai pas lu, pas écrit, pas tricoté, pas répondu à des courriels, pas jeté des idées pour créer ma nouvelle entreprise, pas courtepointé, pas fait le ménage. Bref, je n’ai pas avancé. Bref, j’ai gaspillé un temps précieux qui m’a été donné.

Pourquoi faut-il donc tant avancer tout le temps?

Je réalise que je développe de l’anxiété parce qu’on m’a trop dit: « La vie passe si vite, il faut vivre chaque jour comme si c’était le dernier, il ne faut pas perdre de temps, il faut tout faire aujourd’hui. » Avez-vous une idée de ce que ce genre de phrase représente pour une fille qui a un TDAH? Même sans ce diagnostic, quel genre d’humain peut vivre chaque jour comme si c’était le dernier… Tous les jours? Sans se brûler? Ben voyons.

« Et le septième jour, Dieu se reposa… »

Et en même temps, force m’est d’admettre que je ne retire aucune satisfaction à jouer aux Sims. Ça finit par m’éteindre, me déprimer, me couper la créativité, me donner le goût de dormir à fond. Ça me brûle le cerveau et m’endort le corps. Comme manger du fast food. Tu penses que c’est bon sur le coup, mais tu mets des heures à t’en remettre.

J’ai suivi une formation intéressante lundi soir dernier. Offerte par Martin Mercier du Centre de création scénique, le cours Les Rythmes du travail et l’écriture productive m’a grandement stimulée à écrire plus et à retrouver mon énergie. On y apprenait à varier les activités dans une journée pour que l’une soit le repos de l’autre. Bref, à se reposer en faisant et à faire en se reposant.

Cette productivité est satisfaisante. Je me demande par contre si je ne saute pas dans une course folle où je ne prends pas le temps de m’arrêter.

Mes réflexions me mènent à considérer mes choix d’activités non plus en fonction de leur productivité, mais en fonction de leur degré de satisfaction à long terme. Je ne prends pas le temps de méditer et pourtant, c’est sans doute l’activité qui me permettrait le mieux de me reposer et de me recentrer pour être plus productive. Beaucoup plus qu’une heure de Sims, en tout cas!

Créer de l’espace dans mon horaire. Dans mon appartement. Un espace physique et mental. Varier les activités à concentration intense et faibles. Bouger plus. Faire plus, mais faire ce qui me satisfait.

Écrire demande un effort de plus… mais rapporte beaucoup en satisfaction.

Et ce que me disent mes réflexions, c’est que je ne dois pas écouter les éditeurs qui me disent que mes textes ne vendent pas assez… et écouter seulement la voix dans ma tête qui a des choses à raconter. Ce sera satisfaisant et productif, beaucoup plus que de me ronger les ongles et me taper sur la tête en me disant que je ne sais pas écrire et que ça sert à rien de continuer. J’ai encore beaucoup de choses à raconter. Quelle chance, j’ai!

J’ai perdu le fil?

Une journée de solitude que je passe comme les autres. Lecture (nouveau grand succès pour moi, je suis re-capable de lire des romans au complet et à une vitesse semi-normale. Grande victoire devrais-je dire… surtout pour une éditrice), tricot, courtepointe, repos, repos et repos.

J’ai perdu le fil. Comment les gens « normaux » vivent-ils leurs fins de semaine? Comment fait-on pour sortir de la routine la fin de semaine alors qu’on est en démarche pour la reconstruire?

J’ai perdu le fil. Je n’ai pas beaucoup écrit sur mes blogues ces derniers temps. Est-ce déjà l’attrait de la nouveauté qui fond? Qui fond au rythme où la neige tombe? Mon bonheur, lui il ne tombe pas. Je suis contente du chemin que j’emprunte. Mais…

J’ai perdu le fil. Je ne sais pas si les chemins que j’ai empruntés me mènent à moi. Forcément, ils mènent à moi. Qu’est-ce que je dis là! Mais mènent-ils à ce que je veux de moi? J’ai des tas de passions, mais aucune ne semble porteuse d’un projet de vie suffisamment rentable pour vivre au-delà du mode survie. Je ne sais pas ce pour quoi je suis faite. Peut-être n’est-on fait pour rien d’emblée et nous fabriquons-nous des raisons d’être et de créer au cours de notre vie? Dans quoi me vois-je?

J’ai perdu le fil de mon histoire. De mon tricot. Les mailles se resserrent où elles étaient trop lâches et se relâches où elles étaient trop serrées. C’est bon. Je sais que c’est bon. Il y a des jours de grisailles où la lumière blanche perce quand même jusqu’à nous. Des jours nuances. Des jours silences.

J’ai perdu le fil de mes histoires. Je ne sais plus écrire. Je ne sais plus quoi écrire. Ni pourquoi. Comment avoir envie d’écrire à nouveau alors que les ventes faiblissent comme un cœur qu’on n’a pas nourri? On n’écrit pas pour l’argent. Mais on écrit quand même pour être lus. Et le doute me prend, fort et inébranlable, qui suis-je donc pour me déclarer écrivaine? Qui lit et aime vraiment mes livres? Est-ce suffisant pour continuer? Suis-je capable de m’imaginer sans l’écriture? Non. Bien sûr que non. Que se passe-t-il alors que mes mots ne se métamorphosent plus en histoires? J’ai de l’avance sur mes éditeurs. Ça me coupe l’inspiration. Vont-ils encore vouloir me publier? J’aurais tellement envie d’écrire une histoire de papillons qui m’emporterait plus vivement que ce fil que je m’acharne à retrouver.

Peut-être ce fil perdu n’est-il pas perdu? Peut-être a-t-il simplement changé de couleur? Je vais le suivre encore un peu. En silence, cette fois. Peut-être me chuchotera-t-il quelques douceurs à l’oreille.

Moi, j’en parle.

Ce matin, j’ai vu ceci sur Facebook. Allez lire et revenez:

http://actualites.sympatico.ca/nouvelles/blogue/sante-mentale-mefiez-vous-des-apparences

J’ai écrit ce statut pour présenter le lien:

À mes amis et ma famille. À mon entourage qui trouve que je parle trop de ma dépression et de mon TDAH. À ceux qui m’ont dit que je devais lâcher facebook quand j’allais mal parce que ça rendait les gens mal à l’aise. À ceux qui ne parlent pas de ces choses-là.

En parler, sincèrement et ouvertement, c’est rester en vie.

Je ne serai jamais gênée d’avoir une maladie. Je ne serai jamais gênée d’en parler. Ce n’est pas pour tout le monde. Tant pis!

– Laurence-Aurélie Théroux-Marcotte

J’aurais pu ajouter: « À tous les gars qui m’ont laissée de côté parce qu’ils m’ont considérée « folle et ingérable », sachez que moi, au moins, je le sais que je le suis et que je me guéris! Des bras aimant, de toute manière, ça aide souvent à ses gérer…
Toute la matinée, alors que j’ai répondu aux messages sous mon statut, je revenais à un texte que j’ai écrit hier, que je voulais lumineux et qui était triste, contre moi. C’est peut-être ça, la dépression. La lumière dans la noirceur. Je vous laisse juger.

(Premier jet)

Il y a ces textes que j’aimerais écrire.
Ce sentiment nostalgique, de tristesse pas dramatique, que j’aimerais définir.
Ma douce mélancolie. Que je défends comme une tigresse, rousse.
Rouge de griffes, griffée au sang.
Que je hais comme la pluie déteste l’arc-en-ciel. Casseur d’ambiance.
Une nuit de pluie, fine et mélodieuse. Une pluie d’étoiles sur les pavés.
Ça glisse, on glisse, on m’a désemparée.

Cette tristesse contre laquelle je me bats. Je veux réapprendre à être seule.
Apprécier les longues heures à parler à cet alter ego d’ombre et de lumière.
J’ai oublié comme on croque délibérément dans une solitude pêche. Une solitude qui m’apportait tant.

Maintenant, j’ai peur du noir.
Parce que le noir n’a de sens que s’il baigne dans une marée d’étoiles sur les pavés.

Mais, mais… S’il y a de la tristesse dans mes journées, il y a tant de vie dans mes mélancolies.
Elles sont joyeuses, aussi, mes heures grises, mes années de pluie.

J’aimerais pouvoir écrire.
Cette lumière dans les ombres ternes.
Les plaisirs d’un sans limite, même s’il ne goûte ni sucré ni salé, un sans limite qui n’est pas non plus amer ni acide.
Le plaisir, c’est ironique, d’un sans limite aseptisé et statique.
Il y a une vie derrière la catatonie et les yeux de verre.
Je vis.
Je le sais.
J’entends mon cœur qui bat. Si fort, si vite, si mélodieux, mon cœur.

Et toi, tu n’as rien vu de tout ça.
Tu m’as prise et vidée sans avertir, sans réaliser ma fragilité. Faut dire que j’aime bien la cacher. Elle n’est pas si sexy…
Je t’ai ouvert une porte que je gardais sauvagement fermée.
Comme une tigresse délaissée. Une tigresse rouge, au cœur égratigné.
Un cœur roux et fougueux, sans malice, bourré d’anis étoilée.
Du petit piquant que tu ne cherchais même pas.
Tu n’as pas pris le temps d’ouvrir la porte au complet. Elle n’était pas ouverte au complet.
Tu as choisi d’y poser le pied pour que je ne puisse plus la refermer.
Et tu es parti rompre la solitude ailleurs.
Mon petit cœur sur les pavés une nuit de pluie sans étoiles.

J’aimerais avoir les nuances qu’il faut pour exposer tous les brillants d’un cœur, de mon cœur, bleu bataille, vert de mer.
La lumière d’un œil qui veut battre la chamade, lui aussi. Qui voit même dans la plus profonde des pluies qu’on est encore loin du désastre.

Ce désastre que j’ai toujours pensé loi, d’ailleurs. Il m’a plié les genoux et fendu la poitrine.
Mais mon cœur est resté bien accroché.
Il a remonté la côte et s’est bercé un moment dans ma gorge.
Je ne l’ai pas recraché.
Bien établi, bien bâti, il ne s’arrêtera pas de battre même devant une solitude pleine d’amertume.
Il ne goûtera à rien, ni l’amer ni l’acide.
De cette vie , lumineuse pourtant, qui me tourne en bourrique.
Et je marche.
Sous la pluie.
Sur les étoiles du pavé par une nuit qui veille avec la lune.